Pourquoi ne pensons-nous pas à l’Afrique du Nord comme faisant partie de l’Afrique?

Pourquoi ne pensons-nous pas à l’Afrique du Nord comme faisant partie de l’Afrique?
Photo Credit To Young people contributing to a workshop on climate change in Iguiwaz, Morocco. Photo: UNDP/CBA Baptiste de Ville d’Avray

Je connais bien la frustration de Lalami. Chaque fois que je dois déclarer mon appartenance ethnique, on me rappelle qu’ “africain noir” est apparemment la seule catégorie qui existe. Étant à la fois algérienne et britannique, j’explique constamment pourquoi je me définis comme européenne et africaine – comme si je “choisissais” d’être africaine au lieu que cela ne soit simplement un fait.

Mais l’équation de l’identité ne se réduit pas à arabophone égal peuple arabe. Dans le Maghreb, il existe encore des communautés qui parlent berbère ou amazighe et un dialecte appelé darija qui comporte de nombreuses tournures françaises et espagnoles. De plus, être arabe n’est pas une alternative au fait d’être africain ou même noir. Les Mauritaniens et les Soudanais peuvent se définir comme étant les trois à la fois.

L’argument de la religion n’est pas en béton non plus. L’islam est la religion dominante dans certaines parties de l’Afrique de l’Est et du Sahel, avec des communautés de taille considérable en Tanzanie, au Kenya, au Nigéria, au Sénégal, en Éthiopie et en Érythrée. Alors peut-être est-ce simplement une question de couleur. Se pourrait-il qu’être africain signifie être noir ? Et si c’est le cas, quelle nuance fera l’affaire ? Les Soudanais du Sud aux magnifiques pigments sombres et riches sont-ils plus africains que leurs voisins du Nord à la peau plus claire ? Une classification basée sur la race est certainement trop réductrice et ne tient pas compte de la grande diversité du continent en matière de nations, de cultures et de groupes ethniques.

Qu’il s’agisse de football, de musique, ou de films, les Algériens ont plus de choses en commun avec les Nigérians qu’avec les Saoudiens. Magic System, la légende du coupé-décalé ivoirien a joint ses forces à celles des poids-lourds du raï Cheb Khaled et 113 et à celles d’un certain nombre d’artistes maghrébins moins connus. Pendant la Coupe d’Afrique des nations, des foules se rassemblent autour des télévisions sur tout le continent pour voir jouer leurs équipes nationales, à l’occasion d’un événement qui rapproche tous les coins de l’Afrique.

Lire la suite: https://www.theguardian.com/commentisfree/2015/sep/11/algeria-black-africa-north-africa-shared-history

 

 

PERCEPTIONS

Related posts